LE CATHOLICISME

DANS LE TERRITOIRE CANONIQUE RUSSE


in English in Russian


INTRODUCTION

En 1991 l'Eglise Orthodoxe Russe, avec l'appui de la communion des Eglises Orthodoxes, réagit vivement contre l'établissement d'Administrations Apostoliques dans l'URSS, c'est-à dire dans l'actuelle Fédération de Russie. L'Eglise Catholique fut accusée de ne pas respecter le territoire canonique du Patriarcat de Moscou et de l'Eglise Orthodoxe Russe. L'Eglise Catholique réagit à son tour en affirmant que l'établissement de ces Administrations Apostoliques était d'une nécessité pastorale et l'Eglise Catholique était dans son droit de le faire .La principale ligne d'argumentation est que le Catholicisme a une préssence historique en Russie et a le devoir de s'occuper de ceux qui ont des origines catholiques. Dans le même ordre d'idées, plusieurs cercles religieux catholiques trouvent cela difficile avec l'idéee de territoire canonique. Il semblerait qu'une profonde compréhension et une étude de l'idée et des possibles définitions du terme 'territoire canonique' est essentiel pour un réel progrès dans les relations Catholico-Orthodoxes. Je suis fermement convaincu du fait que l'utilisation de cette expression par l'Eglise Orthodoxe Russe devrait être interprétée positivement et non négativement par l'Eglise Catholique, parce que cette expression affirme l'identité théologique et écclésiastique du Catholicisme.

L'EXPRESSION 'TERRITOIRE CANONIQUE'

La notion de 'territoire canonique' a ses origines aux premiers siècles du Christianisme, une ère au cours de laquelle l'Eglise était unique et était composée d'Eglises locales et patriarcales. Le facteur écclésiastique derrière cette notion est liée au fait qu'il ne peut avoir qu'un évêque dans chaque Eglise locale caractérisée par un espace géographique précis; en d'autres termes, il ne peut avoir qu'une tête et un entre, et non deux.

Le second élément de cette notion est culturel. Dans la période Patristique, les églises locales ou les diocèses trouvent leur unité dans la capitale de leur espace géographique. Aussi, cet espace géographique est identique à une culture ambiante. Par conséquent, la siège métropolitaine représentait le centre d'un milieu géo-culturel comprenant la catholicité du Christianisme orthodoxe. Les sièges métropolitaines trouvèrent aussi un centre d'unité dans les Patriarcats, fournissant ainsi une identité politico-culturelle dans une ambiance d'unité chrétienne.

Dans le contexte présent, le terme 'territoire canonique' est utilisé avec réserve à l'endroit des espaces géographiques dans lesquels les Eglises locales avec épiscopacité ont été étables à l'aide des efforts des missionnaires de la chrétienneté Russe. Cette expression implique quelque part le processus historique de la christianisation de la culture russe et la détermination de la vision russe du monde et les concepts fondamentaux de Dieu, de la religion, de l'homme et du monde par la l'Orthodoxie Russe.

L'Eglise Catholique éprouve des difficultés dans la compréhension de cette notion pour trois raisons: le problème est dû au fait que l'Eglise Catholique adopte le 'modèle Américain 'de plusieurs Eglises dans un seul espace géographique. Ce modèle n'a aucune ni racine dans les traditions Apostoliques ni dans l'écclésiologie biblique.

Secondairement, le mot 'catholique' a été pratiquement et verbalement adoptée avec la conception de 'tradition latine'. Ainsi le mot 'catholique' est compris comme signifiant 'Universalité de l'Eglise' et non comme 'tradition latine' ou 'patriarcat occidental'. Grâce aux effotrs des misssionnaires et leur stricte adhérence au rite et aux traditions romaines, la tradition latine pénétrèrent plusieurs cultures européennes et non-européennes devenant ainsi un phénomène pan-culturel. Historiquement, il n'a jamais valorisé ces cultures. Heureusement, les suggestions du council de Vatican II concernant l'établissement des conférences épiscopales et les diverses considérations de valeurs culturelles ont été une tentative pour surmonter cette difficulté.

Troisièmement, il est douteux que l'écclésiologie latine ait une réelle compréhension du Patriarche. Cela est dû à l'absorption de l'identité Patriarcale occidentale à l'intérieur de l'identité du Primat.

TERRITOIRES CANONIQUES DANS L'EGLISE CATHOLIQUE

L'Eglise catholique a sa propre conception de la notion de 'territoire canonique', mais a échoué dans le choix d'un terme adéquat à ce qui est silencieusement présent dans son histoire et exprimé différemment en diverses matières de la Théologie Catholique. La référence la plus claire est celle des diocèses et de ces frontières. L'Eglise a pratiquement divisé le monde Catholique en diférents territoire d'un ordre canonique appelés 'diocèses'. Le type le plus récent et le plus répandu de division est celui-là qui est basé sur les 'frontières écclésiastiques' et les 'régions écclésiastiques'.

LE TERRITOIRE CANONIQUE 'CULTURO-RITUEL'

Dans ses Codes de la Droit Canonique, il y a une reconnaissance implicite du territoire canonique culturel ou d'une identité culturo-religieuse (CCEO 28). Donc, les parents d'un rite ou une tradition Chetienne (les différences entre plusieurs traditions Chrétiennes sont esentiellement culturelles) doivent baptiser leurs enfants selon les rites de leurs traditions. Si les enfants sont baptisés selon un autre rite, selon une autre tradition, ils sont considérés, par il Droit Canonique, comme appartenant au rite de leurs parents (CCEO 29).

LE TERRITOIRE CANONIQUE MISSIONNAIRE

L'histoire de l'Eglise Catholique contient une autre possibilité de division de territoires géographiques en de territoires missionnaires canoniques, dirigés par Propagande Fide. Un des plus reactualisés se fit au moyen âge à cause des diférentes forces politiques en jeu dans le monde, quand la Papauté offrit les terres de l'Ouest à l'Espagne et à ses missionnaires et celles de l'est aux Portugais.

TERRITOIRE CANONIQUE 'CULTURO-MISSIONNAIRE'

Un des aspects problematiques par l'Ortodoxie avec l'existance des Eglises Grec-Catholiques est le concept même d'un territoire canonique missionnaire basé sur la culture et la tradition religieuse. Comme l'Eglise Romaine déclara maladroitement qu'il est identique, pour le Corps mystique du Christ (l'Eglise) et tous les autres Chrétiens, y compris les Orthodoxes, d'être hors du véhicule unique de la salvation. Ainsi donc il fut nécessaire pour les personnes des âges précédents de convertir le Monde Orthodoxe et de le convertir à la plénitude de la salvation. Ainsi, le monde Orthodoxe fut considéré comme un territoire missionnaire. L'Eglise Romaine tenait compte du principe selon lequel les anciennes traditions chrétiennes (et cultures) doivent être autorisées et respectées. Par conséquent, l'uniatisme fut proposé le moyen à utiliser pour ramener les Chrétiens Orthodoxes au sein de l'Eglise Catholique. Ce moyen devait utiliser les formes culturelles et religieuses des traditions Orientales, et non celles de la tradition Latine. Ainsi donc, il y avait une affirmation du territoire canonique culturel à la base des politiques missionnaires de l'Eglise Catholique.

Un des plus difficiles aspects de l'actuelle eucuménicité est lié au fait que l'Eglise Catholique reconnaisse cette forme particulière de territoire canonique. Selon la Droit Canonique, un croyant Orthodoxe qui devient catholique, ne devient pas catholique dans le rite Latin, mais est considéré comme un Catholique de rite Oriental (CCEO 35, 38).

TERRITOIRE CANONIQUE PATRIARCAL

Dans le même code de la Droit Canonique des Eglises Catholiques Orientales, il existe une section s'occupant du territoire des Eglises Patriarcales et du pouvoir du Patriarche et des Sinodes en dehors de ce territoire (CCEO IV, VIII, canons 146-150). Les canons identifient fermement le territoire géographique et le rite (tradition religieuse) propre au patriarcat. Apparemment, le Patriarche a des droits et des devoirs juridiques concernant la foi de ceux qu'il encadre, qui vivent hors des frontières territoriales. Au cours de l'actuelle maturité écuménique dans les relations Catholico-Orthodoxes, une similaire reconnaissance du territoire canonique du Patriarcat de Moscou serait en harmonie avec les anciens principes à travers lesquels le code des canons trouve sa fondation.

LE TERRITOIRE CANONIQUE PASTORAL

La raison de l'établisssement d'administrations apostoliques de rite Latin en Russie est, du point de vue culturel une reconnaissance implicite de l'abstracité du concept de territoire canonique. Les administrations apostoliques furent créées pour l'encadrement pastoral des Catholiques et des personnes de confession Catholique vivant dans l'ex-URSS. Ces personnes furent au départ de milieux Allemands, Lithuaniens et Polonais. Vraisemblabement, la majorité de Catholiques baptisés en Russie, représentant les communautés étrangères (étudiants, diplomates, hommes d'affaire, etc.), vivant essentiellement à Moscou et à St-Petersbourg font partie du territoire canonique non-géographique, mais au plus du territoire canonique culturo-pastoral de l'Eglise Romaine.

Théoriquement, les administrations apostoliques en Russie sont essentillement respectueuses du territoire du Patriarcat Orthodoxe Russe et de diverses Eglises locales le territoire culturo-géographique Russe.

CONCLUSION

La communauté de rite latin en Russie doivent être par-dessus tout considérée, aussi bien intérieurement qu'extétieurement, comme une affirmation de la vraie catholicité de l'Eglise du Christ qui est consituée de diverses traditions religieuses. Les deux plus grandes traditions sont respectivement ceux de l'Eglise Latine (Catholique) et de l'Eglise Russe, qui n'ont pas encore atteint la pleinitude de la communion mutuelle.

L'on pense que l'échec de la reconnaissance de l'existence d'un territoire canonique Russe est basé sur l'écclésiologie de Vatican II. Comme nous l'avons vu, à l'intèrieur de l'Eglise du Christ se trovent des divisions canoniques de divers territoires géographiques et non-géographiques. Si les Eglises Orthodoxes sont en dehors de l'Eglise du Christ, ils ont le droit et le devoir de définir leurs territoires canoniques et leurs frontières. Un échec de reconnaissance de ce droit fait ressemble à un similaire échec des principes du Council de Vatican II et une future évolution vers une compréhension écclésiastique et écuménique.

Ainsi, il est pressenti que plus l'Eglise Romaine se rapproche de la conception et de l'appréciation du concept de 'territoire canonique', plus il devient facile de surmonter les réels obstacles qui ont favorisé la croissance d'une entente complète entre la Christianité Occidentale et Russe.